Les murs aux rides creusées

On use nos couilles à charbonner, à niquer, cracher dans l’vent.
En attendant la mère d’nos enfants.
Comme dans Nikki mon frère, on est là, pour représenter.
Pour t’montrer c’que j’ai dans l’ventre, j’irai jusqu’à m’éventrer.

« L’ombre de la délicatesse de ces couleurs révèle le fruit du labeur des Bagarreurs Aux Dents Jaunes. »

http://www.flickr.com/photos/ghettofarceur/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s